mercredi 23 août 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

L’arnaque des transporteurs de marchandises Abonnez-vous au flux RSS des articles

28 mars 2017
13:52
0 commentaire Plus de 20 ans après, la duperie

Institué en 1995, le Fonds de compensation des frais de transport dans le Sud du pays ne semble pas avoir l’effet escompté.

 

Le ministère du Commerce l’a constaté aux dépends du Trésor public. En effet, censé compenser la cherté des produits transportés du Nord vers le Sud et venir en aide aux populations de certaines wilayas au Sahara, ce fonds a été encadré et règlementé. Notamment pour les produits concernés par la compensation. Cependant, le département de Tebboune a eu à constater que les transporteurs ne respectaient pas la convention signée avec les pouvoirs publics.

A commencer par la limitation des produits à transporter qui portent sur la farine, la semoule, le sucre, l’huile et les légumes secs, alors que les laits, la farine infantile, le café, le thé, le concentré de tomate, les blés dur et tendre, la poudre de lait, la levure, le riz, les pâtes alimentaires, pour ne citer que ceux-là ne sont pas transportés. Alors que les opérateurs encaissent l’argent.

Plusieurs autres anomalies ont été également constatées, à l’instar du non-respect du programme annuel d’approvisionnement. Mais aussi l’absence de facturation et la prolifération de pratiques frauduleuses.  D’ailleurs, près de 30 commerçants ont été suspendus de ce dispositif en 2016.

Aussi, le ministère du Commerce, et pour mettre un terme à cette anarchie, a présenté quelques propositions, dont la révision de la liste des produits éligibles à ce dispositif, dès lors que certains d’entre eux sont disponibles et à des prix abordables. Il est aussi question de suggérer la suspension de 5 wilayas de ce dispositif de compensation en raison de l’absence d’affluence des commerçants.

La révision de la convention du Fonds concernant l’éligibilité figure également dans la liste des propositions du ministère. Lequel propose de mettre en place un dispositif pour les besoins réels et budgétiser le Fonds qui dépend du Trésor public. Même le barème de transport devrait être revisité, selon le ministère.

F. A

Sur le même sujet
02juil. 2014

Produits alimentaires L’UGCAA plaide pour le plafonnement des prix

08juil. 2013

Contrôle des pratiques commerciales 60 brigades mobilisées à Tizi-Ouzou

17juil. 2017

Le dispositif du transport de marchandises sera revu

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.