jeudi 20 septembre 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Importation: prés de 2 Mds en carburants et dérivés Abonnez-vous au flux RSS des articles

25 déc. 2017
13:48
0 commentaire Les lignes de crédit ont financé les importations à hauteur de 35, 62%

Le commerce extérieur clôture l’année 2017 dans la remise en cause des règles encadrant ce segment de l’activité commerciale nationale. Les dernières décisions portant sur l’abandon du système des licences a été suivi par l’interdiction d’importation d’une liste, promise à élargissement de 900 produits. 

 

Le ministère du commerce constatant toute la difficulté à organiser le commerce extérieur et particulièrement les importations à tout va, revoie sa stratégie en vue de protéger le produit national mais, surtout financer l’importation de produits essentiels entrant la production de ce produit.

Parmi les produits qui pèsent lourdement sur la facture des importations il y’a les carburants et dérivés. Sur les onze mois de cette année, il a été enregistré une augmentation de plus 51, 1% des importations de produits énergie et lubrifiants, la facture est passée de 1, 18 milliards de dollars à 1,78 mds.  

L’autre augmentation constatée durant l’année en cours, moins le mois de décembre, a concerné les biens d’équipements agricoles importés pour une valeur de 538 millions de dollars contre 463 millions de dollars soit, une hausse de 16,2%, viennent ensuite les biens alimentaires qui ont aussi augmenté de 3% faisant pousser la facture de 7, 53 milliards de dollars à 7,75 mds dollars contre. Les Biens de consommation non alimentaires, concernés en bonne partie par la liste noire ont été importés pour un total de 7,77 milliards de dollars en hausse de 1,6% par rapport à l’année dernière. Parallèlement à cela, la baisse a concerné l’importation des biens d’équipements industriels, la facture de ces produits a été de l’ordre de 12,7 milliards de dollars contre 14,1 milliards de dollars l’année dernière, soit moins de 10%.

Une légère amélioration a été toutefois soulignée dans le mode de financement de ces importations puisque 60, 76% du montant global a été fait en cash. Les lignes de crédit ont financé les importations à hauteur de 35, 62% tandis que le financement sur fonds propre a été de 0, 01% soit, 6 millions de dollars. Il convient enfin de noter que les importations ont accusé un recul timide de l’ordre de moins 2, 12% soit, une baisse en valeur de 900 millions de dollars quant aux exportations, la hausse a été de 14% passant ainsi de 27, 22 milliards de dollars à 31,19 milliards de dollars ce qui a permis la couverture des importations par les exportations dont le taux a été de 74%, l’année dernière ce taux de couverture était situé à 64%.

 

La Chine, premier fournisseur de l’Algérie

 

Alors que l’Italie, la France, également deuxième fournisseur de l’Algérie et l’Espagne ont été les principaux clients de l’Algérie avec respectivement, 5,07 milliards de dollars, 3, 32 Mds et 2, 92 Mds la Chine a été en tête de liste des fournisseurs de l’Algérie durant cette année avec 7, 8 milliards de dollars soit, 18, 6% de l’ensemble des importations algériennes. Elle est suivie en deuxième position par la France qui a vendu à l’Algérie cette année pour 3,8 mds de dollars soit, 9,1%. Ensuite vient l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne.

A.Merabetti

Sur le même sujet
23nov. 2014

Selon le bilan des 10 premiers mois de 2014 Une baisse de 23% de l’excédent commercial algérien

11févr. 2013

Plus de la moitié des échanges commerciaux de l'Algérie s'effectuent avec l'UE

10août 2013

Echanges commerciaux : les pays de l’UE principaux partenaires de l’Algérie au 1er semestre 2013

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.