jeudi 29 juin 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Hausse des prix de la semoule : Apoce dénonce Abonnez-vous au flux RSS des articles

29 janv. 2017
14:41
0 commentaire Mustapha Zebdi, président d'Apoce

L’Association de protection et d’orientation des consommateurs et de son environnement (Apoce) se mobilise contre les augmentations des prix des produits alimentaires en particulier celui de la semoule. L’association réclame un retour à la normale des prix de ces produits. 

 

Selon Mustapha Zebdi, président de l’association, intervenu aujourd’hui au forum El Moudjahid, «la semoule se vend à des prix non conformes à la loi. Les prix subventionnés ne sont pas respectés». Il dénonce à cet-effet, la pratique mafieuse. «Vendue à environs 1 500 dinars, alors que le prix réel d’un sac de 25kg de semoule ne dépasse pas les 1 000 dinars, sachant aussi que le prix de ce produit est fixe et est réglementé selon le décret exécutif numéro 402-07 de 2017». «Nous enregistrons également d’autres produits qui sont touchés par cette hausse anarchique. Nous allons les cibler prochainement». Et d’ajouter : «des sommes colossales sont en train d’être engrangés illégalement sur le dos des consommateurs. Des parties tierces revendent le produit à son double prix d’achat. Nous avons des preuves et nous allons dénoncer ces trafiquants», clame l’interlocuteur.  

 Afin de répondre à plusieurs réclamations des consommateurs quant à l’augmentation des prix de certains produits, Apoce organise le 1er février prochain une campagne nationale de sensibilisation pour dénoncer cette hausse non réglementée, a indiqué son président. Elle compte également déposer plainte au niveau des directions de Commerce des 48 wilayas.  D’autres associations notamment locales soutiennent cette action et prennent part à ce rendez-vous. L’association appellera également les pouvoirs publics à régler un certain nombre de problèmes qui sont à l’origine de ces hausses anarchiques. Les membres de cette association veulent en fait grâce à cette manifestation appeler les commerçants, producteurs et importateurs à plus de transparence dans la pratique des prix de ce produit. Les services de contrôle et de répression des fraudes de la Direction du commerce sont aussi sollicités à faire preuve de beaucoup de présence sur le terrain, d’après les déclarations de ce même président. 

Lynda Mellak

Sur le même sujet
02nov. 2014

Prix des fruits et légumes : l'excès de la marge bénéficiaire pointé du doigt

11nov. 2016

Les prix du café en hausse de 50 DA/kg

02juil. 2014

Produits alimentaires L’UGCAA plaide pour le plafonnement des prix

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.