jeudi 25 mai 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Belaib critique les accords avec l’UE et la GZALE Abonnez-vous au flux RSS des articles

29 nov. 2016
15:48
0 commentaire Les opérateurs doivent changer de mentalité

Le directeur général des Douanes, Keddour Bettaher, a indiqué aujourd'hui à Alger que le code des douanes sera discuté dès le 11 décembre prochain par l’APN

 

Intervenant lors de la rencontre de la cellule d'écoute et de suivi des opérations d'exportation hors hydrocarbures, tenu ce mardi à la Safex, en présence du ministre du Commerce, Bakhti Belaib, le DG des douanes a tenu à rassurer les opérateurs économiques en indiquant que son institution est inscrite dans une ligne droite pour encourager et accompagner les opérateurs économiques. Selon lui le code des douanes sera mis en œuvre avant de la fin de l'année en cours.

M. Bettaher a également répondu aux différentes doléances des opérateurs économiques présents à cette réunion, qui ont soulevé plusieurs obstacles qui freinent l'action de l'export. Ainsi, le DG des douanes a demandé à ce que tout le monde s'unisse pour l'accomplissement de ces opérations d'exports. « Tout le monde a sa part de responsabilité dans la chaine d'exportation», a-t-il dit, appelant ainsi les opérateurs économiques à se mettre à se mettre à la culture de l'export et de respecter le guide de l'exportation que son institution a mis en place en faveur des opérateurs économiques.

Le ministre du Commerce a quant à lui, rappelé les difficultés et les entraves des opérations d'exploitations mais, souligne-t-il, avec les synergies des efforts de tous les acteurs de la chaines, il sera possible d'augmenter les quantités hors hydrocarbures exportées. Le ministre a souligné que beaucoup de choses sont en train de se réaliser, rappelant ainsi, que durant le premier semestre de 2016, 650 opérateurs se sont rapprochés du CNR pour avoir des registres de commerce d'«exportateurs» hors hydrocarbures.

Le ministre a tenu également à critiquer les accords de libres échanges signés avec les pays arabes et l'Union européens. La liste des produits (avec la GZALE) interdits à l'importation demeure non organisée, tandis que les européens n'ont pas tenu à leurs promesses quant aux investissements en Algérie.

Selon lui le produit algérien a franchi une étape importante en matière de prix et de qualité, et ce, avec la reconnaissance des experts étrangers. Mais il reste, insiste le ministre, que les opérateurs économiques algériens soient nourris de «patriotisme» dans les échange économiques. Il rappellera qu'il existe 8000 commerçants étrangers installés en Algérie qui veillent à promouvoir leur produits sur le sol algérien, et en parallèle, il existe trop d'importateurs algériens qui travaillent dans le même sens et veillent à promouvoir les produits étrangers, et ce, en dépit de leur dangerosité sur la santé des citoyens.

Malgré tout cela, le ministère a décidé de doubler d’efforts pour la concrétisation rapide des mesures à mettre en place en réitérant son engagement de prendre en charge les contraintes évoquées par les exportateurs.

Cette réunion a permis l'examen des contraintes ayant trait à la problématique de la certification des différents produits destinés à l'exportation, de la distribution et commercialisation des produits agro-alimentaires sur le marché africain, les autorisations d'exportation des produits chimiques, l'exportation de tubes, cornets et supports de projection à base de déchets non ferreux (laiton) et enfin l'absence des plateformes à l'export des produits agricoles frais dans les enceintes aéroportuaires.

Noreddine Izouaouen

Sur le même sujet
04avril 2016

Belaïb pour la règle de la réciprocité avec les pays étrangers

07avril 2016

Promotion des exportations: l'allongement des délais de rapatriement de devises à l'étude

30oct. 2012

Djilali Tariket, P-DG de la CAGEX "Un déficit en infrastructures"

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.