vendredi 17 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

240 laboratoires pour contrôler les importations Abonnez-vous au flux RSS des articles

29 oct. 2017
14:34
0 commentaire Deux certificats seront exigés aux importateurs

L’Algérie dispose de 100 laboratoires de contrôle. Un nombre jugé insuffisant par le directeur de l’Algérac (organisme d’accréditation) pour assurer les besoins du marché national, notamment en matière d’exportation.

 

C’est la raison pour laquelle cet organisme ambitionne d’atteindre le nombre 240 autres laboratoires  agréés, surtout qu’Algérac vient d’obtenir sa reconnaissance internationale. C’est-à-dire que désormais plus aucun produit algérien ne sera refusé par le marché européen, dès lors qu’il répond aux normes requises.

« Nous allons travailler en coordination avec plusieurs secteurs pour revoir la législation en la matière en Algérie, tout en associant le secteur privé pour plus de laboratoires pour le contrôle des produits importés et encourager les exportations », a déclaré aujourd’hui Noureddine Boudissa sur les ondes de la radio nationale.

Parmi ces 240 laboratoires, une cinquantaine sera consacrée à l’industrie alimentaire que ce soit à l’échelle nationale ou les aéroports, les frontières terrestres et maritimes pour contrôler toutes les voies par lesquelles sont introduites les marchandises et s’assurer de la qualité du produit importé. Et ce, selon des données techniques spécifiques. « Pour ce faire, il est impératif que l’on dispose de 3 laboratoires nationaux de référence. »

Rappelons que lors de son passage de devant la commission des finances de l’APB, le ministre du Commerce a indiqué que son secteur a lancé une réflexion sur les moyens d'introduire deux nouveaux certificats sur les produits importés que les importateurs auront à se faire délivrer. Le premier certificat concerne la commercialisation du produit importé dans le pays d'origine et le deuxième les prix d'achat au pays d'origine.

Toutefois, les propos du ministre du Commerce sont en contradiction avec ceux du directeur général d’Algerac puisque le premier a indiqué que « le secteur dispose de 25 laboratoires de contrôle de la qualité des produits en vente sur le marché national. » ET M. Benmeradi d’ajouter devant les membres de la commission des finances de la Chambre basse du Parlement : « Ces laboratoires ne disposent pas des moyens nécessaires pour effectuer le contrôle technique, ce qui amène le secteur à faire appel aux laboratoires des services de police et de gendarmerie, a expliqué le ministre, affirmant que le secteur examinait la possibilité de recourir aux laboratoires des universités. » Il a, par ailleurs informé que son secteur s’atèle à l’élaboration de statistiques définissant le volume de la demande locale sur les produits importés. Le CNIS et Algex ont été mis à contribution pour fournir ces statistiques.

Faouzia Ababsa

Sur le même sujet
19juin 2016

Normalisation: 240 laboratoires bientôt accrédités

02août 2013

Contrôle de conformité: 19 organismes ont obtenu une accréditation en Algérie

05févr. 2013

ALGERAC Six organismes d’évaluation de la conformité accrédités

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.