mercredi 21 novembre 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Subventions agricoles
Nouveau mode de gestion pour contourner la fraude Abonnez-vous au flux RSS des articles

13 juil. 2013
01:10
0 commentaire éliminer les indus bénéficiaires.

Contrôlée jusque là par les directions des services agricoles au niveau des wilayas, la gestion des subventions agricoles vient d’être mise sous tutelle des offices interprofessionnels pour chaque filière. 

Après les céréales et la production laitière dont les subventions sont gérées respectivement par l’OAIC et l’ONIL, c’est au tour des subventions destinées aux légumes de large consommation et les viandes qui viennent d’être mises sous la responsabilité de l’ONILEV (office interprofessionnel des légumes et viandes).

C’est ce que vient de confirmer un cadre au sein du ministère de l’agriculture et du développement rural interrogé à cet égard. « Les subventions destinées à la régulation du marché de la pomme de terre, la tomate industrielle et les viandes blanches sont désormais gérées par l’ONILEV », a fait savoir ce responsable avant de préciser : « Pour les viandes blanches et la pomme de terre, le transfert de la gestion des subventions s’est déjà fait. Pour ce qui est de la tomate industrielle c’est à partir de la campagne en cours (juillet-août) ».

Interrogé sur les motifs de ce transfert, le même responsable précisera que « cette nouvelle démarche vise à centraliser la distribution des subventions destinées à ces filières pour mieux atteindre les véritables producteurs, comme cela est prévu dans la politique du renouveau agricole, et aussi éradiquer les pratiques de fraude constatées auparavant ».

Récemment, les producteurs de la tomate industrielle ont dénoncé des pratiques malsaines auxquelles se livreraient des indus producteurs établissant des contrats de livraison fictifs avec des transformateurs rien que pour percevoir des subventions, et ce, avec la complicité de responsables de DSA et des chambres d’agriculture au niveau des wilayas.

Les produits agricoles frais de large consommation, comme la pomme de terre, la tomate et les viandes blanches sont fortement subventionnés par l’Etat dans le cadre du Syrpalac depuis 2008. En moyenne, les subventions agricoles sont estimées à quelque 300 milliards de DA par année.

Mourad Allal

Sur le même sujet
04juil. 2016

Collecte de la tomate industrielle sur fond de tensions

27juin 2014

Disponibilité des produits agricoles durant le mois de ramadhan L’ONILEV rassure les consommateurs

25juin 2014

Amélioration des rendements agricoles L’épreuve par la tomate

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.