vendredi 24 mars 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

«Nous sommes engagés dans l’exportation des produits agricoles» Abonnez-vous au flux RSS des articles

08 juil. 2016
19:21
0 commentaire Djamel Chellouche, DG d'Ecd Foods

Les premières sociétés spécialisées dans l’exportation des fruits et légumes commencent à voir le jour en Algérie. C’est le cas de Ecd Foods basée à Médéa. Son directeur général, Djamel Chellouche, précise à L’Econews que l’objectif principal d’ECD Foods est de mettre en valeur le produit algérien en le plaçant sur les étals des grandes chaînes de distribution mondiale.

 

L’Econews : Ecd Foods vient de naître. Faites-nous en la présentation …

Djamel Chellouche : ECD Foods est une entreprise spécialisée dans l’exportation et l’expédition des fruits et légumes d’Algérie vers les différentes capitales et villes du monde à l’image de Moscou, Budapest, Riyad, Perpignan, Montréal, Londres, et très prochainement nous auront plus de 15 représentations à travers le monde. Nous avons une vocation de commercialiser des fruits et légumes directement des zones de production, pour une clientèle exigeante orientée vers la gastronomie et les collectivités.

Ecd Foods active-t-elle seulement dans l’exportation ?

Aujourd’hui, nous ne pouvons pas exporter anarchiquement mais nous suivons le processus de la production en accompagnant les agriculteurs dès l’étude de sol. Nous commençons déjà avec le travail de nos laboratoires, spécialisés dans les analyses du sol, des plantes, des produits agricoles et des résidus de pesticides (herbicides, fongicides et insecticides) dans les produits d’origine végétale. Puis nous passons aux analyses chimiques et selon les résultats obtenus, des conseils et des expertises sont également proposés aux agriculteurs dans le but d’améliorer la rentabilité économique et la qualité de la production (conformité avec les normes en vigueur) et d’assurer la sécurité alimentaire du consommateur. A près la récolte des produits, Ecd Foods prend le relais à travers le façonnage, le calibrage, le nettoyage des produits pour les mettre aux normes internationales. Nous proposons ainsi, aux clients un éventail de fruits frais et savoureux, récoltés et acheminés selon des procédures strictes.

Avez-vous réalisé déjà des opérations d’export ?

Oui. Nous avons commencé dans l’exportation depuis une année. Nous comptons nous lancer dans l’exportation des produits agricoles d’une manière régulière. D’ailleurs, notre participation au Salon Djazair-export 2016 a été une opportunité, où plusieurs importateurs étrangers se sont rapprochés de nos commerciaux pour demander la signature de contrats de fourniture.

Comment se fait l’exportation en matière de transport, douanes, etc. ?

Nous utilisons tous les moyens de transport que ce soient des compagnies aériennes nationales ou étrangères et même maritime. Aujourd’hui, nous avons un grand problème avec la ligne Alger-Petersburg (Russie), et ce, pour satisfaire les besoins énormes du marché russe notamment après l’embargo européen et la crise avec la Turquie. Ainsi, nous devons saisir cette opportunité et nous installer en Russie et proposer les produits frais algériens. Pour ce qui concerne les douanes, je dirais qu’auparavant, nous rencontrions beaucoup de difficultés en matière d’exportation, à commencer par la banque, les douanes.  Mais depuis que le Gouvernement a décidé d’encourager les exportations, nous avons constaté un changement, soit au niveau des banques ou des douanes. Le seul problème qui nous reste encore, je répète, c’est bien le transport.

Donc vous ne pouvez pas satisfaire les besoins des marchés étrangers ?

Franchement je dirais oui, nous ne pouvons pas satisfaire les commandes étrangères car pour le moment le dispositif que nous avons mis en place concerne seulement la wilaya de Tipaza (projet pilote) mais je pense que durant les années à venir, si nous pourront signer des conventions avec d’autres wilayas, je dirais que nous pouvons satisfaire les commandes de plusieurs pays en même temps.

Quels sont vos projets ?

Nous envisageons d’ouvrir des points de ventes à travers le territoire national, où nous allons mettre en valeur le produit national et présenter aux clients des produits naturels avec une petite différence de prix par rapport aux produits ordinaires exposés dans les marchés. Nous avons une volonté d'atteindre l'excellence, avec l’objectif d'assurer le développement et la pérennité de notre entreprise. Notre entreprise fonctionne selon des processus de production conformes aux normes internationales. Nous respectons toutes les démarches qualité avec une attention particulière.

Noreddine Izouaouen

Sur le même sujet
03déc. 2012

Ali Bey Nasri, président de l’Anexal "Il faut produire pour l’exportation"

27juil. 2016

300 entreprises exportent régulièrement

06juil. 2016

«Le ciblage des subventions s’impose»

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.