mardi 21 novembre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Les agriculteurs n’ont pas la culture d’assurance Abonnez-vous au flux RSS des articles

23 oct. 2017
18:59
0 commentaire Absence de communication

80% d’entre eux ne peuvent accéder à des crédits bancaires faute de garantie. C’est dire que les paysans ne sont nullement aux faits des bénéfices qu’ils peuvent tirer des produits proposés par les différents organismes.

 

Le ministre de l’Agriculture et le premier responsable de la Caisse national de mutualité agricole en ont fait ce malheureux constat aujourd’hui. «Une grande partie des petits exploitants et d'éleveurs, estimée à près de 80% des agriculteurs n'ont pas les conditions et garanties d'accès au financement bancaires, notamment celles liées à l'assurance agricole, a affirmé  Abdelkader Bouazghi qui a estimé que le niveau d'activité de ces agriculteurs restait proportionnel à leur capacité d'autofinancement ce qui les excluent de la dynamique de modernisation du secteur. A titre d’exemple, il dira que 17.000 céréaliculteurs seulement accèdent au crédit  de campagne sur les 600.000 céréaliculteurs activant en Algérie.

Cependant, reconnaissent les spécialistes du secteur, le marché des assurances agricoles en Algérie est très peu développé même s’il a enregistré durant les trois dernières années une évolution sensible. C’est dire qu’en termes de communication et de vulgarisation du produit la CNMA n’a pas fait beaucoup d’efforts, d’où l’appel de son premier responsable à mener une véritable campagne de communication

Pour M. Benhabilès les assurances agricoles ont besoin de l'intervention de l'Etat, en encouragent en amont ce segment financier au lieu de dépenser des sommes colossales après chaque catastrophe pour aider les agriculteurs. «On doit sortir de la logique des subventions et adopter une logique économique viable qui permettra aux agriculteurs d'investir davantage et d'étendre leurs activités. L'assurance agricole notamment face aux risques climatiques va constituer un instrument très important pour sécuriser l'investissement agricole et le revenu, a-t-il souligné.

F.A

Mots-clés
Sur le même sujet
24juil. 2017

Incendies de Tizi-Ouzou: plus de 3,6 millions de DA pour les victimes assurées

20oct. 2015

Préparatifs de la saison des labours Maîtriser l’amont pour éviter l’échec

23sept. 2012

Labours-semailles Distribution de 60.000 quintaux de semences aux céréaliculteurs à Constantine

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.