vendredi 21 juillet 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Le Maroc, 1er pourvoyeur de cannabis dans le monde Abonnez-vous au flux RSS des articles

23 juin 2017
22:40
0 commentaire Les surfaces cultivées ont atteint 47.000 ha

Le Maroc est resté en 2015 le premier pourvoyeur et producteur de résine de cannabis au monde. Le Maroc est resté en 2015 le premier pourvoyeur et producteur de résine de cannabis au monde. 

 

Ce pays continue d’alimenter essentiellement les réseaux de trafic de drogue en Europe et en Afrique du Nord, selon un rapport de l’ONUDC publié jeudi.

" Le Maroc reste le pays le plus signalé par les Etats comme source de résine de Cannabis, suivi de l'Afghanistan et, dans une moindre mesure, du Liban, de l’Inde et du Pakistan ", note l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime dans son rapport 2017 sur les drogues dans le monde.

En 2015, le Maroc a continué d’être le premier producteur mondial de résine de cannabis avec 38.000 tonnes produites en plein air. Sa production en intérieur s’est élevée à 760 tonnes durant la même année, selon l’ONUDC.

D’autre part, les surfaces cultivées en résine de cannabis au Maroc ont atteint 47.000 hectares en 2015, dont 45.853 hectares exploités. Le même office souligne que le Maroc a continué durant la période 2010-2015  d'alimenter l’Europe et les pays d'Afrique du Nord en résine de cannabis, acheminée vers ces pays par des réseaux de contrebande.

Outre les livraisons continues vers l’Espagne, la France, l’Italie et les Pays-Bas, Europol, (Police inte-européenne) a décelé une nouvelle route, via la Libye, empruntée par les trafiquants pour faire transiter la drogue produite au Maroc vers l’Europe. Les données de l’ONUDC et d’Europol confirment que la majeure partie de la drogue introduite en Europe est produite au Maroc.

Selon le rapport de l’ONUDC  les revenus générés par le trafic de drogue nuisent à l’économie. " Un afflux d’argent provenant du narcotrafic peut stimuler l’investissement et faire progresser le produit intérieur brut local. Sur le long terme, en revanche, l’argent de la drogue tend à avoir des effets négatifs, notamment lorsqu’il représente une part importante de l’économie d’une communauté ou d’un pays ", précise l’office.

Dans ce cas, il est susceptible de faire gonfler les prix de l’immobilier, de fausser les chiffres des exportations, de créer une concurrence déloyale, de renforcer l’inégale répartition des revenus et des richesses et d’accroître la corruption, selon l’ONU. De même que le développement d’une économie illicite contribue à affaiblir l’état de droit et favorise la corruption, ce qui renforce en retour le secteur de la drogue, constate le rapport.

Des études montrent que l’injection dans l’économie d’argent blanchi, tiré notamment de la drogue, entraîne globalement une diminution des taux de croissance. Une étude concernant 17 pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques a permis d’estimer qu’une augmentation d’un milliard de dollars du volume d’argent blanchi pouvait réduire la croissance économique globale de 0,03 à 0,06 point de pourcentage, note l'ONUDC.

F.A/Agences

Sur le même sujet
29juin 2013

Maroc Principal fournisseur de cannabis

18août 2014

Lutte contre la drogue en Algérie 614 tonnes de cannabis saisies en dix ans

02mars 2016

Le Maroc, un des plus gros producteurs de résine de cannabis

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.