dimanche 25 février 2018 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

L’ONILEV accuse le ministère du Commerce Abonnez-vous au flux RSS des articles

13 avril 2016
12:37
0 commentaire Des hausses de prix injustifiables en période de surproduction.

Alors que les fluctuations s’emparent à nouveau du marché des produits frais de large consommation, les services du ministère de l’Agriculture jettent la balle dans le camp du ministère du Commerce en relevant « un manque d’organisation au sein des marchés de gros. »

 

C’est ce qu’a laissé entendre le directeur général de l’ONILEV, (office interprofessionnel des légumes et viandes), M. Sahraoui Ben Allal, sur les ondes de la radio nationale, en évoquant la nouvelle hausse du prix de la pomme de terre qui dépasse depuis quelques jours les 80 DA/kg dans certaines régions du pays.

« La nouvelle hausse du prix de la pomme de terre, ainsi que d’autres produits frais, est due à la déstructuration de la chaîne de commercialisation et le désordre qui règne au sein des marchés de gros qui échappent au contrôle des services compétents, ce qui permet, en conséquence, aux spéculateurs d’exercer un monopole sur certains produits et de provoquer des déséquilibres entre l’offre et la demande dans le but de pousser à la hausse les prix », a déclaré le DG de l’ONILEV, avant de rappeler que c’est dans le but de juguler les effets de ladite spéculation que l’office a procédé depuis le début de la semaine en cours au déstockage de 60 000 tonnes de pomme de terre. Le produit est injecté sur le marché à des prix oscillant entre 17 et 23 DA/kg pour tirer à la baisse les prix sur le marché de détail, a ajouté le premier responsable de l’ONILEV.

Au niveau de la production, M. Ben Allal prévoit une production de 30  millions de quintaux de pomme de terre durant la saison d’été qui viendront s’ajouter à la récolte d’hiver qui a atteint 15 millions de quintaux.

En outre, en perspective du mois de ramadhan prochain, le même responsable a fait état d’une production de près de 49 000 tonnes de viandes rouges fraiches et 57 000 tonnes de viandes blanches afin de réguler le marché et faire barrage à la flambée des prix de ces produits et à toute forme de spéculation. Dans sa démarche, l’ONILEV prévoit dans les prochains jours l’importation de 3 000 veaux destinés à l’engraissement par le biais de la société publique PRODA.

Mourad Allal

Sur le même sujet
27juin 2014

Disponibilité des produits agricoles durant le mois de ramadhan L’ONILEV rassure les consommateurs

31mars 2013

Pour redresser les prix des viandes blanches L’ONAB à la rescousse des éleveurs

17déc. 2014

Hausse du prix de la pomme de terre Un dispositif anti-spéculation mis en place

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.