mercredi 24 mai 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

L’irrigation par les eaux du Rhumel envisagée Abonnez-vous au flux RSS des articles

24 avril 2017
11:54
0 commentaire 2 retenues collinaires sont déjà à sec

Constantine compte 165.000 hectares à irriguer dont 2.900 susceptibles de bénéficier de l’apport d'irrigation d'appoint, à partir des 18 retenues collinaires

 

D’où la nécessite de lever l'interdiction d'irriguer à partir de l'oued Rhumel, selon les agriculteurs qui ont lancé un appel au wali. Un grand problème de sécheresse touche la wilaya de Constantine en raison de la pluviométrie insuffisante. La Direction des services agricole a lancé hier un avis sous forme d'«appel urgent» aux agriculteurs et céréaliculteurs, qui disposent de moyens d'irrigation, d'y recourir sans tarder, avec un ajout de 40 mm d'appoint. Et ce, en considération de l'insuffisance des dernières pluies dans le but de permettre à la culture de couvrir ses besoins en matière d'eau nécessaire et compléter son cycle de maturation.

Cependant, les agriculteurs représentés par le président de l’Association des irrigants au niveau de la wilaya, M. Lebsir, estime que cette mesure est insuffisante car sur les 165.000 hectares à irriguer, 2.900 seulement sont susceptibles de bénéficier de l’apport d'irrigation d'appoint à partir des 18 retenues collinaires dont 2 sont déjà à sec. A cet effet, il renseigne sur une demande formulée au chef de l’exécutif pour lever l'interdiction d'irriguer à partir de l'oued Rhumel et de l'oued Boumerzoug, ne serait-ce que partiellement et pour les seuls céréales, arboriculture et fourrages. « Cette levée d'interdiction partielle nous permettra d'irriguer encore une superficie supplémentaire de près de 3.000 hectares en attendant l'attribution pour Constantine de son quota d'eau du barrage de Beni Haroun, à l'instar des autres wilayas », a indiqué M. Lebsir.

Par ailleurs, le dossier de l'utilisation des eaux d’oued  Rhumel pour l'irrigation agricole interdit jusqu’à présent en raison de sa pollution a été déjà ouvert par la DSA qui l’étudie  depuis 2015. L’on a affirmé que les eaux du Rhumel ne sont pas préjudiciables à la santé sur tout le parcours. Elles sont utilisées pour l'irrigation à Mila, pourquoi pas donc à Constantine ? Des prélèvements ont été faits le long du Rhumel une fois la crue passée et ont été soumis à des analyses et tests physiques et bactériologiques en collaboration avec les services hydrauliques pour déterminer les degrés de pollution dans chaque partie de l'oued. Il y a des tronçons où le taux de pollution est négligeable comme par exemple au niveau de la localité appelée «Kikaya», à Ain Smara et ces parties sont de ce fait exploitables pour l'irrigation sans risque sur la santé du consommateur. 

M.E.H

Sur le même sujet
30oct. 2013

Agriculture à Constantine 2,5% seulement des terres irriguées

15juin 2012

Agriculture 500 hectares à planter en oliviers et à irriguer à M'sila

15mai 2014

Pour augmenter la production Trois ministres au chevet de l’Agriculture

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.