vendredi 28 avril 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Akbou : Une semaine pour la protection de la nature Abonnez-vous au flux RSS des articles

26 mars 2017
14:34
0 commentaire Les élus locaux ne se sentent pas concernés

La ville d’Akbou accueille à partir d’aujourd’hui et ce, jusqu’au 30 mars, la semaine de la nature.

 

La rencontre, qui a pour slogan « Pour un meilleur avenir, protégeons notre nature», rentre dans le cadre de la célébration des journées mondiales des forêts, de l’eau et de la météo, qui sont à leur la 23ème édition.

Elle est initiée par l’association Etoile culturelle d’Akbou en collaboration avec ses partenaires habituels et le conseil communal de jeunes de la localité. Une centaine de jeunes, issus des établissements scolaires de la région, participent à cet événement où sont prévus des ateliers d’initiation au montage d’outils de sensibilisation, des conférences, des projections-débats, des compagnes de sensibilisation. Lequel programme sera clôturé par un volontariat à travers les quartiers de la ville d’Akbou.

L’objectif assigné à la manifestation est « de favoriser la concertation, le dialogue et les partenariats entre les autorités locales, les acteurs économiques et la population pour faire avancer les solutions partagées sur les grandes questions environnementales », a expliqué Mouloud Salhi, le président de l’Etoile culturelle d’Akbou ; l’une des chevilles ouvrières de cette manifestation.

On explique, en outre, qu’il s’agit de « faire bénéficier chacun d’une meilleure information, d’une sensibilisation plus grande aux réalités, voire dans certains cas d’une éducation à certains enjeux de l’environnement visant à faire naître dès le plus jeune âge des aptitudes et des attitudes responsables et éco-citoyennes vis-à-vis de l’environnement ». D’où les trois étapes, arrêtées dans le programme.

La première consiste en une campagne de sensibilisation à la gestion de l’environnement et aux bonnes pratiques éco citoyennes. Concrètement, une caravane sillonnera les quartiers et cités d’Akbou ; les « caravaniers» distribuant durant leurs haltes des dépliants portant sur la gestion des déchets, le rationnement de la consommation des ressources naturelles et les bonnes pratiques éco-citoyennes.

« L’action permettra aux jeunes adhérents de l'association de diffuser des concepts liés à la protection de la nature et par la même, créer un climat favorable au débat autour des questions liées à la gestion des ressources et à l'action collective en faveur de la nature et de l'environnement chez nos concitoyens », ajoutent-on.

Former les jeunes aux techniques audiovisuelles

La deuxième étape consiste en une formation, destinée à une trentaine de jeunes étudiants dans le domaine de la communication et de la sensibilisation à l’environnement. En plus de l’acquisition de compétences en communication ou l’art de communiquer, ces jeunes seront ensuite initiés aux différentes techniques audiovisuelles et documentaires, nécessaires pour le montage de reportages en rapport avec l'environnement. Il s’agit en l’occurrence d’outils nécessaires pour faire part de leurs observations et constat sous la forme de montages vidéo.

Troisième et dernière étape, les organisateurs ont prévu deux espaces de dialogues sur les problématiques environnementales, qui touchent la ville d’Akbou. Ces espaces se veulent un moment de partage de connaissances dans le domaine de l'environnement local et une occasion de faire impliquer tous les acteurs du développement local à un débat autour des réalités et des contraintes inhérents à l’environnement.

Les organisateurs de l’évènement ont, par ailleurs, lancé un appel aux bonnes volontés pour agir afin de sauver la ville d’Akbou de la pollution. Ils ont tenu à préciser, toutefois, que leur action a été motivée notamment par « la dégradation de l’environnement dans la région, causée par la surpopulation et la densité du tissu industriel. » Une situation exacerbée, déplorera-t-on, par la démobilisation des responsables locaux ainsi que l’inefficacité de l’action des organisations de la société civile et la non-implication des entreprises.

Salim Aït Sadi

Sur le même sujet
09juil. 2013

Financé par la Commission européenne Le CCJ d’Akbou fait des émules

21janv. 2014

Conseil communal de jeunes d’Akbou (Bejaia) Espace de dialogue et de débats

02juin 2014

Plan d’action du gouvernement Le texte intégral de la présentation d’Abdelmalek Sellal

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.