lundi 23 octobre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Prix du baril dans la boule cristal Abonnez-vous au flux RSS des articles

03 janv. 2016
16:21
0 commentaire l’année 2016 sera « décevante et inégalée »

Les prévisions de croissance mondiale s’annoncent négatives pour cette nouvelle année. Christine Lagarde, Directrice Générale du Fonds monétaire international (Fmi)  n’a pas attendu le début de l’année 2016 pour prévenir que l’année 2016 sera « décevante et inégalée » en raison de la chute continue des cours du pétrole. A contrario, d’autres projections plus optimistes plafonnent le prix du baril à 100 dollars cette année.  

 

Les entreprises pétrolières de leurs cotés se liguent pour livrer les prévisions les plus folles faisant état d’une évolution négative des prix du pétrole qui, « pourraient continuer de chuter jusqu'à atteindre leur plus bas au cours du premier trimestre 2016 et resteront à de faibles niveaux pendant deux ans ». 

Outre, plus de neuf sociétés américaines dont la dette commune dépasse deux milliards de dollars, ont engagé la procédure de faillite au quatrième trimestre de 2015, selon la banque fédérale américaine. La situation d’après la Fed peut s’aggraver et les Etats-Unis ne pourront pas éviter la récession d’ici 2017, et ce, en dépit de la levée de l’embargo sur les exportations hydrocarbures du pays.

L’effet négatif de la crise s’est propagé aux pays du Golf, notamment, l’Arabie Saoudite qui a enregistré un déficit record de ses recettes budgétaires e. Une baisse qui s’étalera sur les cinq années à venir. La monarchie refuse d’avouer l’échec de sa politique et indique que « pays peut supporter le niveau le plus bas des prix de l’or noir ». Ce qui contredit la réalité et la situation fragile de l’économie de ce pays qui devrait faire face à la dualité américaine et russe, au conflit turco-russe  et la crise de Daech.

Paradoxalement, l’organisation de l’Opep et certaines compagnies pétrolières tablent sur le rebondissement des prix du pétrole en 2016. Tel est le cas  de la compagnie pétrolière russe Gazprom qui estime que «  le prix mondial du pétrole  reviendra à une hauteur de 90-100 dollars le baril ». Cette hausse sera soutenue selon cette compagnie par les prévisions d'une hausse du taux d'intérêt de la Réserve américaine et le retour de l’Iran sur le marché mondial du pétrole.  Une semaine avant la fin de l’année 2015, l’Opep a indiqué dans son rapport que « les chiffres de la production pétrolière mondiale, ainsi que des indices de l’or noir, vont augmenter d’ici à 2020 et pourront atteindre 160 dollars d’ici 20140 ».

Le cartel est soutenu dans ses prévisions optimistes par la banque d'investissement danoise Saxo Bank pour qui, le prix du pétrole brut remonte brièvement à 100 dollars le baril en 2016. La demande augmenterait et le risque géopolitique autour des pays producteurs de pétrole resterait élevé. Cela fera monter le cours du baril (actuellement autour de 37 dollars) jusque 100 dollars, avant de redescendre jusqu'à un niveau de 50 à 70 dollars. Qui a tord, qui a raison seul, 2016 le dira. 

Samira Bourbia

Sur le même sujet
05févr. 2016

"Le prix du baril rebondira à 100 dollars en 2017"

13avril 2017

Pétrole : La Russie invite les USA à soutenir l’Opep

28nov. 2015

Sous la pression des surstocks et conflits 80 dollars le baril dans cinq ans

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.