dimanche 22 octobre 2017 Recevez l’actualité par courriel ou flux RSS

Emmanuel Macron affrontera Le pen au second tour Abonnez-vous au flux RSS des articles

23 avril 2017
19:38
0 commentaire Légende « je suis anti-système »

Les estimations des premiers résultats des élections présidentielles françaises donnaient à la fermeture des bureaux de vote Emmanuel Macron 1er avec un score de 23,7% des voix. Il affrontera la candidate de l’extrême droite Marine Lepen créditée de 21,7%.  François Fillon et Jean-Luc Mélenchon seraient éliminés. 

 

En cas de confirmation de sa victoire au deuxième, le 7 mai prochain Emmanuel Macron sera le plus jeune président français, à peine âgé de 39 ans porté par un mouvement « En Marche » qu’il a initié en 2016. Ni à droite ni à gauche, Emmanuel Macron se définit comme l’homme qui va mener une « révolution démocratique » en France sous le « le signe de l’espérance ».

Sur les 11 candidats toutes tendances confondues qui ont pris part à cette élection, riche en rebondissements, les français ont élu le plus jeune et le non partisan. Un énarque qui a fait ses classes dans le milieu de la finance en tant que banquier puis, ministre de l'Economie sous le gouvernement  François Hollande.

Le second tour se jouant entre le Centre et l’extrême Droite va révéler une configuration décisive pour la présidente du Front National Marine qui pourrait puiser dans l’électorat de Fillon qu’elle pourrait appâtés eu égard au rapprochement de certains points dans les deux programmes inscrits en droite ligne de la droite ultra libérale. Quant à Macron les choses se précisent, il est dores déjà crédité des voix des socialistes. Benoît Hamon le candidat déçu de son scor a appelé en cette fin de journée électorale à faire barrage au Front National « le plus fortement possible » en votant Emmanuel Macron.

Son programme économique

Définit comme l’incarnation de la gauche, il prône un programme axé sur trois grandes idées : respect des engagements européens, le poids de la dépense publique devra être progressivement ramené vers la moyenne de la zone euro et construire un nouveau modèle de croissance avec un plan d'investissement public de 50 milliards d'euros durant le quinquennat, en plus du soutien fiscal à l'investissement privé dont 15 milliards seront consacrés aux compétences et qualifications des Français avec un plan de formation ambitieux des jeunes et des demandeurs d'emploi, 15 milliards seront consacrés à la transition écologique et énergétique avec une autre priorité celle de moderniser les administrations publiques (numérisation), l'agriculture, les transports locaux, et la santé. L’objectif Macron est de réduire les dépenses et soutenir la croissance et ce, avant la fin du  quinquennat.

Alger, le pari toujours gagnant  

Il a été le deuxième candidat à cette présidentielle à effectuer en février dernier une visite algéroise après celle de  d’Arnaud Montebourg, à Oran puis Alger. Il a été reçu par les hautes autorités algériennes dont le premier  ministre, le ministre des Affaires étrangères et le ministre de l’industrie. Une visite qu’il clôturera par des rencontres avec le Forum des chefs d’entreprises et les directeurs de la presse nationale et représentants de la société civile.  Il fit à l’égard de l’histoire commune un geste, gage de bonne volonté en condamnant « la colonisation comme un acte de barbarie. La barbarie fait partie d’un passé que nous devons regarder en face en présentant nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes », a-t-il précisé. Et  Macron de préciser que les deux pays ne doivent pas tomber dans « la culture de la culpabilisation (…) c’est ce chemin de crête que je veux que nous prenions ensemble ».

Lakhdar Aizouni

Sur le même sujet
23avril 2017

Tous, ou presque contre Le pen

07mai 2017

Les français ont élu Emmanuel Macron

21mai 2017

Alger-Paris : le pari de l’avenir

Votre commentaire

Inscrivez-vous  ou  connectez-vous  afin de pouvoir laisser un commentaire.